Solidaires, Écologistes et Libertaires
Solidaires, Écologistes et Libertaires - Millau  
  | ACCUEIL |
  CONTRIBUTIONS
  MOBILISATIONS
  => Conférence du 06 fevrier 2015
  => Conférence du 21 juillet 2014
  => Conférence du 14 fevrier 2014
  => Conférence du 31 janvier 2014
  => Conférence du 16 fevrier 2013
  => Conférence du 29 septembre 2012
  => Conférence du 07 juin 2012
  => Conférence du 02 mars 2012
  => Conférence du 28 octobre 2011
  => Conférence du 01 avril 2011
  => Conférence du 04 fevrier 2011
  => Conférence du 10 decembre 2010
  => Conférence du 19 juin 2010
  => Conférence du 05 mars 2010
  => Conférence du 28 novembre 2009
  => Conférence du 29 aout 2009
  => Ni nucléaire, Ni effet de serre ! (29-11-2009)
  => Campagne pour la libération d'Ahmad Saadat et de tous les prisonniers palestiniens
  => Expérimentations contre le système marchand : vive les autoréductions !
  => Manif du 31 janvier 2009 à Paris
  => Contre les centres de rétention !
  => Répression syndicale à Roquefort
  => Soutien aux Kurdes
  => Soirées ciné libertaire
  => Alternatives concrêtes en Aveyron
  => 8 janvier 2011 : "Banditisme, Illégalisme, Prison"
  => Anti-répression
  => Eolien industriel, gaz de schiste
  => Contre le racisme et l'intolérance !
  => Luttes sociales
  => Collectif Exploites Enerves !
  => La liberté d'expression en procès le 21 mars 2012
  => Justice et Vérité pour Nabil !
  => Luttes sexuelles
  => Grenelle du DIY le 16 septembre 2014
  => 27 juin 2015 : "Permis de tuer"
  Et alors ? le p'tit journal alternatif !
  Contactez nous !
  Plume(s), librairie alternative à Millau
  Radio Larzac, média alternatif
  CNT sud-Aveyron
  Anars en Aveyron :

Réseau d'initiatives et de luttes autonomes en sud-Aveyron.










Contre les centres de rétention !
         La lutte contre les centres de rétention a besoin de toi !     
 
  Brulons les frontières ! 

05 octobre 2014

No Border ! Retour sur la manifestation du 4 octobre à Sète contre les Centres de Rétention


 Samedi 4 octobre, à l'appel de No Pasaran 12, du SCALP - No Pasaran 34 et de No Pasaran 30, une centaine de personnes ont manifesté dans les rues ensoleillées de Sète en solidarité avec les migrants et pour exprimer leur refus de la traque et de l’enfermement de ceux-ci.

LIRE LE COMPTE-RENDU DE LA MANIFESTATION ICI.

Écoutez ici le reportage radio réalisé par Radio Larzac durant la manifestation : http://www.radiolarzac.org/sons/manifestation-a-sete-pour-la-fermeture-du-cra
Manifestation régionale contre les Centres de Rétention
(organisée par No Pasaran 12, le SCALP - No Pasaran 34 et No Pasaran 30)


Co-voiturage depuis Millau à 12h, sur le parking de la Grave.

Du 13 au 22 juillet 2012 se tient à Köln/Düsseldorf (Allemagne) le Camp No Border.

->
http://noborder.antira.info/fr/


Du 25 septembre 2010 au 3 octobre 2010 se tient à Bruxelles le Camp No Border.


POUR UN MONDE SANS CENTRES FERMES NI PRISONS
POUR UN MONDE SANS FRONTIERES NI ETAT

PARCE QUE NOUS NE NOUS BATTONS POUR RIEN DE MOINS QUE LA LIBERTE .
Manifestation le 1 octobre 2010 à 19h - Gare du Midi - Bruxelles




Délibéré du 17/03/2010 du proces de la révolte de Vincennes :

Incendie du centre de rétention de Vincennes : peines de prison ferme

PARIS - Le tribunal correctionnel de Paris a prononcé mercredi des peines de prison ferme allant de 8 mois à 3 ans à l'encontre des dix prévenus au procès de l'incendie en 2008 du centre de rétention administrative (CRA) de Vincennes.

"C'est un jugement très politique, qui suit les réquisitions à peu près à la lettre, nous allons faire appel", a immédiatement déclaré à la presse Me Irène Terrel, une des avocates des prévenus, dont aucun ne s'était présenté à la lecture du délibéré.
A l'extérieur s'étaient regroupés plusieurs dizaines de militants d'associations d'aide aux sans-papiers, qui ont manifesté bruyamment leur hostilité aux centres de rétention.

A l'image de l'ensemble du procès, qui s'était déroulé du 25 janvier au 9 février et avait été émaillé de divers incidents, la lecture du jugement par la présidente, Nathalie Dutartre, n'a démarré qu'après deux suspensions, dues à des incidents d'audience.

Dix étrangers en situation irrégulière --trois Maliens, deux Marocains, deux Palestiniens, un Turc, un Egyptien et un Tunisien-- étaient jugés pour l'incendie et/ou les violences survenus le 22 juin 2008 au "CRA" de Vincennes, le plus grand de France à l'époque, au lendemain du décès dans des circonstances obscures d'un Tunisien qui y séjournait.

Ont été prononcées à leur encontre une peine de 3 ans ferme, deux peines de 2 ans et demi, trois de 2 ans, deux de 1 an et deux de 8 mois.


La révolte qui a conduit à l’incendie de la plus grande prison pour étrangers de France est une réponse concrète et historique à l’existence des centres de rétention et à l’ensemble de la politique de contrôle des flux migratoires.
Les 25, 26 et 27 janvier 2010 au TGI de Paris (métro Cité) 10 personnes vont être jugées pour cette révolte.
Notre solidarité doit être à la hauteur de l’enjeu : la relaxe des inculpés et au-delà la liberté de circulation et d’installation. Le 22 juin 2008 le plus grand centre de rétention de France a brûlé. Entre juin 2008 et juin 2009, une dizaine d’anciens retenus sont arrêtés et incarcérés – pour la plupart pendant près d’un an – en détention préventive. Ils sont inculpés de dégradation, destruction des bâtiments du centre de rétention administrative de Vincennes, et/ou de violence à agent des forces de police. 

 Pendant les six mois précédant cet incendie, le centre de rétention de Vincennes est le lieu d’incessants mouvements de protestation de la part des sans-papiers enfermés. Grèves de la faim, départs de feu, refus de comptage, altercations avec la police, oppositions individuelles ou collectives, se sont succédés à l’intérieur du centre tout au long de cette période. A l’extérieur, manifestations et actions dénoncent l’existence même de ces centres et soutiennent ces révoltes.
Le 21 juin 2008, Salem Souli décède dans sa chambre après avoir réclamé en vain des soins médicaux. Le lendemain, une marche organisée par les retenus en mémoire de cet homme est violemment réprimée. Une révolte collective éclate alors et le centre de rétention part en fumée. Un procès pour l’exemple Pour empêcher que ce type de révolte ne se répande, l’État doit frapper fort, il lui faut trouver des responsables. Ces dix personnes ont été arrêtées pour servir d’exemple. Qu’elles soient « coupables » ou «  innocentes » cela ne nous importe pas. L’État, en punissant ces personnes, souhaite voir disparaître la contestation, l’insoumission, les actes de résistance de ceux qui se trouvent ou se trouveront un jour entre les murs de ces centres.
La révolte de Vincennes n’est pas isolée. Partout où se trouvent des centres de rétention, éclatent des révoltes, ont lieu des départs de feux, des évasions, des grèves de la faim, des mutineries, des destructions. Ce fut le cas en France (Nantes, Bordeaux, Toulouse où des centres ont brûlé) et dans de nombreux pays d’Europe (Italie, Belgique, Pays-Bas, Grande-Bretagne) ou dans des pays où le contrôle aux frontières est externalisé comme la Turquie et la Libye. 

 L’incendie du centre de rétention de Vincennes n’est pas seulement symbolique : la disparition des 280 places de ce centre a eu pour conséquence immédiate une importante diminution des rafles et des expulsions, dans la région parisienne, pendant la période qui a suivi. Concrètement plusieurs milliers d’arrestations ont été évitées. Par cet acte, les retenus ont enrayé pour un temps le fonctionnement de la machine à expulser.
Prison pour étrangers : enfermer, expulser, dissuader d’immigrer Les centres de rétention sont une des étapes entre l’arrestation et l’expulsion. Ils servent à enfermer les étrangers le temps de rassembler les conditions nécessaires aux expulsions, c’est-à-dire un passeport ou un laissez-passer délivré par un consulat et une place dans un avion ou un bateau.
Plus un État veut expulser, plus il construit de centres de rétention. Partout, leur nombre ne cesse d’augmenter. En Europe, la tendance est à l’allongement du temps d’enfermement qui, non seulement permet d’expulser plus, mais aussi de dissuader d’immigrer.
De fait, ces lieux d’enfermement sont des lieux punitifs. Ainsi, ils sont construits de plus en plus sur un modèle carcéral : vidéo-surveillance, petites unités, cellules d’isolement… Par exemple, en France le plus grand centre de rétention en construction au Mesnil-Amelot (240 places), et qui ouvrira dans quelques semaines, est conçu sur ce modèle. En Hollande, où les suicides et les décès « inexpliqués » sont fréquents dans les centres, la rétention dure 18 mois et peut être renouvelée immédiatement après la libération ; l’enfermement se fait en cellules individuelles très petites, parfois sur des bateaux-prisons, avec très peu d’accès à l’air extérieur.


 Les sans-papiers : de la main d’œuvre sur mesure

Les centres de rétention font partie de la politique de « gestion des flux migratoires » élaborée elle-même selon les critères de « l’immigration choisie », c’est-à-dire en fonction des besoins en main d’œuvre des pays d’Europe. Il n’est pas nouveau que les patrons des pays riches aient recours aux travailleurs immigrés pour accroître leurs profits. Que ce soit de manière légale comme dans le cas de l’intérim, de l’ex « contrat OMI » (qui permet d’aligner le droit de présence sur le territoire sur le temps de travail saisonnier) ou du travail au noir, les étrangers occupent le plus souvent des emplois dans les secteurs les plus pénibles (BTP, restauration, nettoyage, travaux saisonniers). Ces secteurs demandent une main d’œuvre flexible, adaptable aux besoins immédiats de la production.
En plus de l’absence de droits liée à leur statut, par exemple en cas d’accident, la menace permanente de l’arrestation et de l’expulsion qui plane sur les sans-papiers permet évidemment aux patrons de les sous-payer, voire de ne pas les payer du tout (ce qui n’est pas rare). Ce nivellement par le bas des salaires et des conditions de travail permet au patronat de renforcer l’exploitation de tous. Les grèves répétées de sans-papiers montrent à quel point les patrons français et l’Etat ont besoin de cette main d’oeuvre, mais aussi comment, en s’organisant collectivement, les sans-papiers peuvent parfois leur tenir tête et obtenir des régularisations.

… au bouc émissaire idéal

La politique migratoire, dont les centres de rétention sont un rouage, sert aussi à stigmatiser les sans papiers. L’Etat en fait les boucs émissaires des difficultés que connaît la population de la France. L’utilisation spectaculaire des expulsions par l’Etat participe à montrer à la fois l’ampleur du « danger » que l’immigration irrégulière représenterait pour la France et l’Europe, et l’efficacité d’un Etat qui protégerait ses concitoyens face à ce danger.
L’Etat utilise des artifices comme lesdites « menaces de l’immigration clandestine », de la « racaille des banlieues », des « femmes voilées », ou comme la campagne sur l’identité nationale, pour faire ressortir les pires relents xénophobes et racistes et tenter de créer un consensus autour du pouvoir et du monde qu’il produit.

 Des frontières partout

Les centres de rétention sont un élément indispensable à l’application d’une politique européenne de contrôle des flux migratoires qui, prétendant abolir les frontières à l’intérieur de l’espace Schengen, les renforce à l’extérieur notamment avec le dispositif Frontex. Ainsi, le contrôle s’externalise aux portes de l’Europe, en accord avec des pays tels que la Libye, la Mauritanie, la Turquie ou l’Ukraine, où sont financés des camps pour enfermer des étrangers décrétés indésirables, avant même qu’ils n’aient réussi à pénétrer en Europe. En même temps à l’intérieur de ce territoire, les frontières se disséminent, deviennent mobiles et par là même, omniprésentes : chaque contrôle d’identité peut conduire à l’expulsion. Car la frontière n’est pas qu’une ligne délimitant le territoire, mais surtout un point de contrôle, de pression et de tri. Ainsi, la rue, les transports, les administrations, les banques, les agences d’intérim, font déjà office de frontières.
Les centres de rétention, comme tous les camps pour migrants, sont des bouts des frontières assassines de l’Europe de Schengen. Ce sont des lieux où l’on attend, enfermé, parfois indéfiniment et sans jugement, où l’on meurt faute de soin, où l’on se donne la mort plutôt que d’être expulsé. Il faut en finir avec les frontières ! Pour toutes ces raisons, et parce qu’il n’y a pas de « bonne » gestion des flux migratoires, parce que chacun doit pouvoir décider où il veut vivre, nous sommes solidaires des inculpés de la révolte et de l’incendie du centre de rétention de Vincennes !

             * RELAXE DE TOUS LES INCULPÉS !

    * LIBERTÉ DE CIRCULATION ET D’INSTALLATION !

             * FERMETURE DES CENTRES DE RÉTENTION !

             * PLUS DE PAPIERS DU TOUT !


Ecrire à Nadir Autmani écrou 377079 batiment D4 Maison d’arrêt des hommes 7 allée des peupliers 91700 Fleury Merogis

Pour envoyer de l’argent : adressez vos chèques à l’ordre de « CICP-Vincennes » au 21ter, rue Voltaire, 75011, Paris.

Pour tout contact :
liberté-sans-retenue@riseup.net






Commentaires sur cette page:
Commentaire de Toni, 05/10/2014, 16 04 56 (UTC):
Compte rendu de la manifestation du 4 octobre contre les Centres de Rétention à Sète (34) : http://scalp34.wordpress.com/2014/10/05/no-border-retour-sur-la-manifestation-du-4-octobre-a-sete-contre-les-centres-de-retention/

Commentaire de Sirk, 26/09/2010, 23 11 50 (UTC):
Je serais bien allé à la manif' internationale contre les camps de rétentions et les prisons, le 1er octobre à Bruxelles. Mais la Belgique ça fait loin ! Il n'y aurait pas un truc de prévu en Aveyron ?

Commentaire de Seb, 11/05/2010, 13 01 34 (UTC):
Espéront qu'il y aura beaucoup de monde à Paris le 15, pour promouvoir un monde sans frontières entre les hommes ...

Commentaire de AnAr12, 24/03/2010, 16 04 18 (UTC):
Putain ils ont été condamnés !! C'est dégueu. La justice et la police sont les deux machoires du piege judiciaire ! Restons soli daires avec les sans-papiers !

Commentaire de militant, 23/01/2010, 16 04 28 (UTC):
Merci d'avoir relayé l'info ! Amitiés libertaires.

Commentaire de Kev, 13/01/2010, 21 09 45 (UTC):
Je pense que j'irais au procés à Paris. Concernant les revendications elles ne seront jamais parfaites puisque ce sont justement des "réclamations" au pouvoir, et que nous voulons détruire le pouvoir !

Commentaire de AnAr12, 09/01/2010, 21 09 32 (UTC):
J'adore la revendication "plus de papiers du tout" ! Sinon plutôt que "relaxe des inculpés" j'aurais mis "destruction du système pénal et judiciaire" !! Sérieux il faut se battre pour la liberté de mouvement. Aucun être humain n'est illégal !!!



Ajouter un commentaire à cette page:
Ton nom:
Ton message:

AGENDA
 
  Le douzième numéro de votre journal local préféré, " Et alors ? " est toujours disponible à Millau, à la librairie Plume(s), 16 rue St Martin ! ____________________________________ Justice et Vérité pour Nabil, victime de la BAC !

Mobilisations, informations, solidarité
____________________________________ Ecoutez l'émission punk/rock et libertaire " Zone Libre " sur Radio Larzac (87.8 à Millau).

Les MERCREDI E à 19H30
____________________________________ ;;;
 
Catastrophisme Administration du Désastre et Soumission Durable  
  Un livre sur la catastrophe écologique et sociale et sa gestion.
Ce livre prouve que l'abolition de la société marchande est une nécessité.

Co-écrit par René Riesel et Jaime Semprun

Disponible à la Librairie Alternative Plume(s) - 16 rue Saint Martin - 12100 Millau
 
Punks not dead !  
   
No Pasaran à Millau !  
 

No Pasaran, réseau hexagonal antifasciste, anticapitaliste et antiproductiviste, possède en Aveyron un groupe local, " No Pasaran 12 ".

Solidaires, Écologistes et Libertaires, est un réseau local 100% indépendant, toutefois des convergences nous lient de fait à des réseaux libertaires et anti fascistes nationaux tels que No Pasaran.

Contact No Pasaran Aveyron :
Mail : nopasaran12@hotmail.fr
Web : www.nopasaran12.new.fr


 
Attention !  
  Les commentaires à caractère racistes, diffamatoires, haineux, homophobes, insultants, menaçants ...etc seront supprimés !!!

Aujourd'hui, 11 visiteurs sont venus sur ce site.
 
Au total 169548 visiteurs sont déjà venus sur ce site depuis sa création.
Solidaires, Écologistes et Libertaires - Millau

Réseau d'initiatives et de luttes libertaires et autonomes en sud-Aveyron.