Solidaires, Écologistes et Libertaires
Solidaires, Écologistes et Libertaires - Millau  
  | ACCUEIL |
  CONTRIBUTIONS
  => Décidemment, l’empreinte écologique et le carbone nous font mal à la tête…
  => Ultra-gauche, Alice et les couleuvres
  => La soumission obligatoire dans l'éducation nationale.
  => L'école fabrique de l'inégalité.
  => Le genre en question
  => Remettre la transformation radicale de la société à l'ordre du jour
  => Pour l'abolition des prisons
  => Le delit d'être ensemble
  => Le quotidien au lycée : enfermement et soumission
  => Contre la vaccination obligatoire !
  => A propos du téléphone portable
  => Police-jeunes : l'impossible dialogue
  => Pour une critique de nos moeurs
  => La conscience piegee
  => Le quotidien carcéral
  => Legitimite de la violence ou violence de la legitimite ?
  => La marchandise contre le vivant
  => Les derives de l' «écologisme»
  => Démocrature
  => Anarchiste maintenant
  => Un peu d’histoire …
  => L’abstention, la petite bête qui monte !
  => Sous le voile de l'Etat policier ...
  => L'urbanisme sert à faire la guerre
  => Écologisme ? Ah, la belle affaire !
  => Citoyenneté et « légitisme républicain »
  => Notes anti-carcérales
  => Ne plus éduquer, mais apprendre à se connaître
  => La marche des canards
  => Face au mythe autogestionnaire
  => La democratie directe
  => Les Versaillais du Larzac
  => Affaire Dieudonné-Valls : antisémitisme télévisé ou xénophobie d’État, faut-il vraiment choisir ?
  => A propos de l'imposture "Champs du Monde"
  MOBILISATIONS
  Et alors ? le p'tit journal alternatif !
  Contactez nous !
  Plume(s), librairie alternative à Millau
  Radio Larzac, média alternatif
  CNT sud-Aveyron
  Anars en Aveyron :

Réseau d'initiatives et de luttes autonomes en sud-Aveyron.










Démocrature
Article paru dans "Et Alors ?" n°5
 Démocrature

 Ce néologisme assez laid, contraction des mots « démocratie » et « dictature », connaît depuis quelques temps un certain succès. Utilisé dès la fin des années quatre-vingt comme titre d'un livre qui dénonçait, alors, les « excès » des médias, il a encore été, tout récemment, employé par un membre du groupe La rumeur dans une interview. 

 Tel qu’il a été jusqu’ici compris, ce mot renvoie à l’éternel développement sur la « fausse » démocratie. Une démocature, ce serait une dictature qui se donne les apparences de la démocratie. Un parlement, des institutions légales, des élections mêmes, et pourtant un pouvoir objectivement confisqué par le recours à l’intimidation, le contrôle des médias ou toutes sortes de manipulations. Si on s’en tient à cette première définition, on admettra que nombre de régimes, dans le monde, y répondent assez bien, comme la Russie et certains autres pays issus de l’ancienne URSS. En poussant le raisonnement un peu plus loin, on trouvera aussi en Europe une tendance à se rapprocher de ce modèle. 

 Par exemple, que le chef du gouvernement italien et sa majorité parlementaire utilisent ouvertement les prérogatives qui sont les leurs pour se soustraire aux investigations des juges viole déjà largement les principes de la déclaration des droits de 1789. Il n’y a en Italie ni séparation des pouvoirs, ni constitution au sens que les inspirateurs sourcilleux des principes de l’Etat moderne donnaient à ces termes. Berlusconi est la preuve siliconée que les idées de Montesquieu sont mortes depuis longtemps (1).



 En allant encore un peu plus loin, on peut assez facilement soutenir que, dans toutes les démocraties du monde, le pouvoir de l’argent et des élites sur la presse, sur l’administration ou sur la justice est suffisant pour qu’aucune d’entre elles ne puisse prétendre à être autre chose qu’une apparence. Toutes nos soi-disant démocraties ne seraient donc que des « démocratures ».

 Pourtant, cette compréhension du mot « démocrature » est une fausse piste. Car en dénonçant l’apparence de la démocratie, on paraît croire qu’une « vraie » démocratie pourrait exister. Mais il n’y a pas de démocratie « véritable » : il n’y a que des démocraties réelles, c’est à dire telles qu’elles existent. La démocratie est, a toujours été et sera toujours une forme d’organisation du pouvoir étatique, et en ce sens elle entretient un lien de parenté évident avec la dictature, cet autre pôle de la forme possible de l’Etat. Cette conception, familière aux classiques, a depuis été largement obscurcie par l’idéologie contemporaine qui veut à tout prix opposer démocratie et dictature. En vérité, démocratie et dictature ne sont que les vêtements de l’Etat qu’il peut revêtir tour à tour au gré de ses nécessités. 

 Quand la contestation est forte ou la menace extérieure pesante, voici le temps de la dictature, c’est à dire la restriction la plus large des libertés publiques et l’extension à son maximum des prérogatives souveraines confiées à quelque aventurier investi du pouvoir d’exécuter la sale besogne. Quand il estime que le danger s’estompe, l’Etat relâche la pression et effectue sa mue démocratique. Les libertés s’étendent à nouveau, c’est à dire, concrètement, que le contrôle policier s’allége, tandis qu’un choix, relatif et encadré, est laissé aux citoyens dans la détermination du personnel chargé des tâches de la gestion ordinaire de l’Etat. C’étaient là le principe des périodes de tyrannie dans le monde antique, et c’est celui, plus près de notre époque, de l’alternance des dictatures et des démocraties en Amérique Latine.

 Mais il faut bien que tout change pour que tout demeure semblable, et les Etats contemporains de ce tournant de millénaire (du moins, les plus modernes de ces Etats) ont perfectionné la méthode ancestrale. Il est certain que, pour des raisons d’idéologie, d’organisation et par souci d’économie, il serait difficile à certaines des démocraties qui dominent le monde comme les Etats-Unis ou les Etats de l’ouest européen de se doter de régime trop sanguinaires. Passe encore qu’on soutienne Pinochet, mais qui voudrait d’un Pinochet chez soi ? Au cours des années soixante-dix, donc, tandis qu’on demeurait très old school au Chili ou en Argentine, on expérimentait en Italie ou en Allemagne de l‘Ouest des formes de coercition plus subtiles. Ce sont ces expériences depuis généralisées qui permettent d’aboutir à la « démocrature » actuelle. 

 La « démocrature » est tout simplement un régime démocratique où le curseur de la coercition a été quelque peu déplacé en direction de la dictature. En soi, ce n’est évidemment pas neuf. Il y a toujours eu des démocraties plus ou moins permissives, et des dictatures plus ou moins féroces. La nouveauté, c’est que se sont répandues les mesures répressives ultra-ciblées qui au lieu de s’abattre sur une grande part de la population comme dans n’importe quel fascisme vulgaire se contentent de traiter principalement les ennemis désignés de l’Etat. Les mesures plus globales existent, certes, mais l’atteinte à la liberté, quoique réelle, demeure contenue dans des limites soigneusement calculées, et ces disposition générales (fichage, moyens d’enquête de haute technologie, recours à la délation, etc.) ont pour objectif principal de trier ceux à qui on pourra ensuite réserver le traitement de faveur une fois qu’on les aura qualifiés correctement : sauvageons, délinquants, terroristes, ultra-gauchistes, etc.

 On aura donc à peu près une démocratie pour la plus grande masse, enfin une démocratie comme d’habitude (2), et une quasi dictature pour les autres. Ce système, encore en gestation, n’a pas fini de produire ses effets.

Léon de Mattis


(1) Bien que ceci soit hors sujet, on ne peut s’empêcher de citer une phrase issue d’un communiqué publié dimanche 29 novembre et qui montre tout l’étendue de l’humour (noir) dont fait preuve le président du conseil italien : « S’il y a une personne, écrit-il, qui par nature, par sensibilité, mentalité, origine, culture et action politique est très éloignée de la Mafia, c’est bien moi ». Berlusconi, est vraiment, à tout point de vue, l’archétype du politicien contemporain, et Sarkozy ou Obama ne sont rien d’autre, à leur manière, que des Berlusconi light.

(2) Sans pour autant oublier ce qu’est la « démocratie comme d’habitude ». Par exemple la démocratie française aura été, au cours de l’histoire, colonialiste, raciste et génocidaire : mais la plupart du temps assez loin des rivages de l’hexagone, à quelques exceptons près.




Commentaires sur cette page:
Commentaire de nénette, 05/02/2010, 19 07 22 (UTC):
"mort à la démocratie", rien que le titre de son bouquin est super.

Commentaire de AnAr12, 19/01/2010, 17 05 49 (UTC):
bon article dans la veine de son super livre "mort à la démocratie". Que crêve la démocratie !!!!



Ajouter un commentaire à cette page:
Ton nom:
Ton message:

AGENDA
 
  Le douzième numéro de votre journal local préféré, " Et alors ? " est toujours disponible à Millau, à la librairie Plume(s), 16 rue St Martin ! ____________________________________ Justice et Vérité pour Nabil, victime de la BAC !

Mobilisations, informations, solidarité
____________________________________ Ecoutez l'émission punk/rock et libertaire " Zone Libre " sur Radio Larzac (87.8 à Millau).

Les MERCREDI E à 19H30
____________________________________ ;;;
 
Catastrophisme Administration du Désastre et Soumission Durable  
  Un livre sur la catastrophe écologique et sociale et sa gestion.
Ce livre prouve que l'abolition de la société marchande est une nécessité.

Co-écrit par René Riesel et Jaime Semprun

Disponible à la Librairie Alternative Plume(s) - 16 rue Saint Martin - 12100 Millau
 
Punks not dead !  
   
No Pasaran à Millau !  
 

No Pasaran, réseau hexagonal antifasciste, anticapitaliste et antiproductiviste, possède en Aveyron un groupe local, " No Pasaran 12 ".

Solidaires, Écologistes et Libertaires, est un réseau local 100% indépendant, toutefois des convergences nous lient de fait à des réseaux libertaires et anti fascistes nationaux tels que No Pasaran.

Contact No Pasaran Aveyron :
Mail : nopasaran12@hotmail.fr
Web : www.nopasaran12.new.fr


 
Attention !  
  Les commentaires à caractère racistes, diffamatoires, haineux, homophobes, insultants, menaçants ...etc seront supprimés !!!

Aujourd'hui, 4 visiteurs sont venus sur ce site.
 
Au total 168007 visiteurs sont déjà venus sur ce site depuis sa création.
Solidaires, Écologistes et Libertaires - Millau

Réseau d'initiatives et de luttes libertaires et autonomes en sud-Aveyron.