Solidaires, Écologistes et Libertaires
Solidaires, Écologistes et Libertaires - Millau  
  | ACCUEIL |
  CONTRIBUTIONS
  => Décidemment, l’empreinte écologique et le carbone nous font mal à la tête…
  => Ultra-gauche, Alice et les couleuvres
  => La soumission obligatoire dans l'éducation nationale.
  => L'école fabrique de l'inégalité.
  => Le genre en question
  => Remettre la transformation radicale de la société à l'ordre du jour
  => Pour l'abolition des prisons
  => Le delit d'être ensemble
  => Le quotidien au lycée : enfermement et soumission
  => Contre la vaccination obligatoire !
  => A propos du téléphone portable
  => Police-jeunes : l'impossible dialogue
  => Pour une critique de nos moeurs
  => La conscience piegee
  => Le quotidien carcéral
  => Legitimite de la violence ou violence de la legitimite ?
  => La marchandise contre le vivant
  => Les derives de l' «écologisme»
  => Démocrature
  => Anarchiste maintenant
  => Un peu d’histoire …
  => L’abstention, la petite bête qui monte !
  => Sous le voile de l'Etat policier ...
  => L'urbanisme sert à faire la guerre
  => Écologisme ? Ah, la belle affaire !
  => Citoyenneté et « légitisme républicain »
  => Notes anti-carcérales
  => Ne plus éduquer, mais apprendre à se connaître
  => La marche des canards
  => Face au mythe autogestionnaire
  => La democratie directe
  => Les Versaillais du Larzac
  => Affaire Dieudonné-Valls : antisémitisme télévisé ou xénophobie d’État, faut-il vraiment choisir ?
  => A propos de l'imposture "Champs du Monde"
  MOBILISATIONS
  Et alors ? le p'tit journal alternatif !
  Contactez nous !
  Plume(s), librairie alternative à Millau
  Radio Larzac, média alternatif
  CNT sud-Aveyron
  Anars en Aveyron :

Réseau d'initiatives et de luttes autonomes en sud-Aveyron.










Face au mythe autogestionnaire
Face au mythe autogestionnaire

Dossier issu du journal anarchiste du sud-Aveyron "Et alors ?" (n°10)


INTRODUCTION

Au sein du mouvement libertaire comme chez certains altermondialistes, "l'autogestion" est souvent invoquée comme un remède miracle.

Et pourtant … En Amérique du Sud, des prisons sont "autogérées", de même que des banques en France (Crédit Coopératif par exemple) ou des entreprises (SCOP). D’ailleurs, pourquoi ne pas imaginer, à terme, un système marchand avec ses supplétifs habituels (police, justice, école ...) fonctionnant de façon entièrement "autogérée" ?

N’avoir comme perspective que la gestion des processus productifs et d’échange est un arrêt du processus révolutionnaire, un renforcement de l’ordre établi qui renvoie le prolétariat à la seule place que lui laisse le capital… celle de producteur de valeur, quitte à lui laisser le rôle de gestionnaire pendant un temps !

Les expériences « alternatives » sympas en pleine paix sociale n’ont rien de contradictoire, elles sont des entreprises capitalistes sans ambiguïté. Ce qui questionne, c’est l’antagonisme qui traverse tout mouvement de classe dans sa dynamique combative, vivante et donc profondément contradictoire.

Ces luttes sont l’expression d’une classe qui vit et combat contre la dictature de l’économie, et ont pu servir de vague sur laquelle ont surfé avec prestige les sociaux-démocrates et autres « alternatifs » citoyennistes, vendant leurs recettes « bio » pour renforcer les dispositifs marchands et étatiques.

Il est peut-être temps de dépasser ces « mythes autogestionnaires » afin lutter pour un monde sans Etat, sans salariat, sans valeur, bref sans capital ni domination.


BIBLIOGRAPHIE 

Contre le mythe autogestionnaire


Etude de cas : La Libye, ou « l’autogestion » mise en pratique

Alors que les bombes occidentales ravagent le pays le plus développé d’Afrique (avec l’Indice de Développement Humain le plus élevé du continent), afin de lui imposer sa vision de la « démocratie », il est temps de tirer un bilan sur 34 ans d’une expérience unique au monde, un système étatique « autogéré ».

Lorsqu’en 1969, le « groupe des officiers libres », avec à sa tête le jeune Mouammar Kadhafi, dépose le vieux roi Idriss, leur objectif n’est ni plus ni moins que l’instauration d’un régime nationaliste arabe, calqué sur le modèle de l’Egypte nassérienne. Un parti unique est créé (l’Union Socialiste Arabe), la société se laïcise, les infrastructures sanitaires et éducatives sont développées, et l’armée prend une place prépondérante dans le nouveau régime. En somme, rien de bien novateur à l’époque.

Tout au long des années 1970, le nouveau régime libyen aura tenté de fusionner avec d’autres Etats arabes (L’Egypte, la Tunisie, l’Algérie …). Toutes ces tentatives aboutirent à un échec, amenant le « groupe des officiers libres » à rechercher d’autres voies politiques.

Ces tâtonnements aboutirent, en 1977, à la publication du « livre vert », de Kadhafi, et par l’instauration du nouveau système étatique « révolutionnaire » préconisé dans cette ouvrage, la Jamahiriya (« pouvoir des masses »).

Dans la foulée, l’abolition du salariat est décrétée, ainsi que la gratuité totale de l’ensemble des services publics, ce qui était sensé préfigurer une future société non-marchande.

Dans les faits, le salariat fut juste remplacé par un « contrat de services », une autre dénomination du contrat de travail. En somme, l’abolition fut symbolique, mais pas effective.

Cette « Jamahiriya populaire et socialiste Libyenne », proclamée par les « officiers libres » se voulait une alternative aux différents systèmes étatiques en vigueur dans le monde, son fonctionnement étant officiellement basé sur une très forte décentralisation du pouvoir.

Chaque commune est administrée par ses habitants, qui se réunissent sous forme de « congrès populaires ». Ils désignent par « consensus » un délégué, dont le mandat est impératif. Les délégués forment le Congrès Général du Peuple, qui fait office de parlement. Il compte 2700 délégués. Ceux-ci désignent aussi par consensus les membres du gouvernement, appelé « Comité général du peuple », qui lui même désigne, toujours par « consensus », le premier ministre, appelé « Secrétaire du comité général du peuple ». Le titulaire de ce poste est depuis le 5 mars 2006 Baghdadi Mahmudi.

Le parlement désigne aussi par « consensus » son « secrétaire général », qui officiellement est le chef de l'état. C'est depuis le 26 janvier 2010 Mohamed Abou el-Kassim Zouaï. Officiellement la Jamahiriya dispose de l'ensemble du pouvoir.

Afin de s’assurer que leur nouveau système politique ne prendrait pas une tournure « contre-révolutionnaire », furent constitués des « comités révolutionnaires », armés, dans chaque commune, dont le rôle était de veiller à ce que les principes du « Livre Vert » soient respectés par les « congrès populaires ». Les comités révolutionnaires sont la voix du « guide de la révolution », le colonel Mouammar Kadhafi, qui officiellement ne dispose d'aucun pouvoir.

 Dans les faits, ce dernier dispose d’une véritable milice armée et entièrement dévouée présente sur l’intégralité du territoire. Ainsi, ce sont les "comités révolutionnaires" qui ont le dernier mot dans la désignation des délégués des "congrès populaires", donc seuls les individus soutenant le plus activement les thèses et la personnalité du « Guide » peuvent siéger au parlement, et donc entrer au gouvernement.

 Cette « autogestion dirigée » s’est appuyée sur le système tribal, très ancré en Libye. Le régime à ainsi volontairement armé certaines tribus, et tout particulièrement la tribu d’origine du « Guide » Mouammar Kadhafi, la Kadhafa, qui a formé trois milices bien mieux équipées que l’armée libyenne (peu nombreuse et sous-équipée, elle est placée sous l’autorité des instances de la Jamahiriya). En définitive, que reste t’il du « pouvoir des masses », 34 ans après sa proclamation ?

Un pouvoir basé sur l’allégeance et la soumission à un leader, et un système Etatique et sécuritaire au sein duquel chaque libyen est intégré via des structures « autogestionnaires ».

L’expérience libyenne nous prouve ainsi à quel point le concept de révolution est vain quand il est pensé en tant prise ou gestion d’un pouvoir.

Car la révolution, c’est avant tout la destruction totale de toute forme de pouvoir.

Fabien, No Pasaran 12 (www.nopasaran12.new.fr)






Commentaires sur cette page:
Commentaire de AnAr12, 18/11/2011, 17 05 39 (UTC):
J'ai du mal à voir ou est le fameux "démontage" Mais en tout cas je comprend que la critique du vieux fond de commerce des boutiques anarchistes "officielles" comme altermondialistes puissent déranger certaines personnes

Commentaire de coucou, 12/11/2011, 18 06 15 (UTC):
c'est un dossier vide de contenus et complètement sous-politique.
Complètement démonté notamment ici :
http://forum.anarchiste-revolutionnaire.org/viewtopic.php?f=14&t=5290

IL faudrait faire un effort quand même quand on veut faire le malin.

Commentaire de Sirk, 04/11/2011, 21 09 44 (UTC):
L'autogestion ce n'est qu'une façon de "gérer" un pouvoir. Il est malheureux que cette fumisterie soit encore propagée par des organisations "libertaires" comme AL ou la FA ...

Commentaire de mi, 30/10/2011, 15 03 00 (UTC):
Instructif... et j'aime bien la conclusion !! Elle me fait rêver... L'un des trop rares articles de ce numéro où l'on prend de plein fouet la fougue de la plume d'un jeune, sympa

Commentaire de AnAr12, 21/10/2011, 22 10 07 (UTC):
c'est vrai que le système libyen apparaissait assez complexe. Je comprends un peu mieux maintenant !



Ajouter un commentaire à cette page:
Ton nom:
Ton message:

AGENDA
 
  Le douzième numéro de votre journal local préféré, " Et alors ? " est toujours disponible à Millau, à la librairie Plume(s), 16 rue St Martin ! ____________________________________ Justice et Vérité pour Nabil, victime de la BAC !

Mobilisations, informations, solidarité
____________________________________ Ecoutez l'émission punk/rock et libertaire " Zone Libre " sur Radio Larzac (87.8 à Millau).

Les MERCREDI E à 19H30
____________________________________ ;;;
 
Catastrophisme Administration du Désastre et Soumission Durable  
  Un livre sur la catastrophe écologique et sociale et sa gestion.
Ce livre prouve que l'abolition de la société marchande est une nécessité.

Co-écrit par René Riesel et Jaime Semprun

Disponible à la Librairie Alternative Plume(s) - 16 rue Saint Martin - 12100 Millau
 
Punks not dead !  
   
No Pasaran à Millau !  
 

No Pasaran, réseau hexagonal antifasciste, anticapitaliste et antiproductiviste, possède en Aveyron un groupe local, " No Pasaran 12 ".

Solidaires, Écologistes et Libertaires, est un réseau local 100% indépendant, toutefois des convergences nous lient de fait à des réseaux libertaires et anti fascistes nationaux tels que No Pasaran.

Contact No Pasaran Aveyron :
Mail : nopasaran12@hotmail.fr
Web : www.nopasaran12.new.fr


 
Attention !  
  Les commentaires à caractère racistes, diffamatoires, haineux, homophobes, insultants, menaçants ...etc seront supprimés !!!

Aujourd'hui, 4 visiteurs sont venus sur ce site.
 
Au total 168007 visiteurs sont déjà venus sur ce site depuis sa création.
Solidaires, Écologistes et Libertaires - Millau

Réseau d'initiatives et de luttes libertaires et autonomes en sud-Aveyron.