Solidaires, Écologistes et Libertaires
Solidaires, Écologistes et Libertaires - Millau  
  | ACCUEIL |
  CONTRIBUTIONS
  => Décidemment, l’empreinte écologique et le carbone nous font mal à la tête…
  => Ultra-gauche, Alice et les couleuvres
  => La soumission obligatoire dans l'éducation nationale.
  => L'école fabrique de l'inégalité.
  => Le genre en question
  => Remettre la transformation radicale de la société à l'ordre du jour
  => Pour l'abolition des prisons
  => Le delit d'être ensemble
  => Le quotidien au lycée : enfermement et soumission
  => Contre la vaccination obligatoire !
  => A propos du téléphone portable
  => Police-jeunes : l'impossible dialogue
  => Pour une critique de nos moeurs
  => La conscience piegee
  => Le quotidien carcéral
  => Legitimite de la violence ou violence de la legitimite ?
  => La marchandise contre le vivant
  => Les derives de l' «écologisme»
  => Démocrature
  => Anarchiste maintenant
  => Un peu d’histoire …
  => L’abstention, la petite bête qui monte !
  => Sous le voile de l'Etat policier ...
  => L'urbanisme sert à faire la guerre
  => Écologisme ? Ah, la belle affaire !
  => Citoyenneté et « légitisme républicain »
  => Notes anti-carcérales
  => Ne plus éduquer, mais apprendre à se connaître
  => La marche des canards
  => Face au mythe autogestionnaire
  => La democratie directe
  => Les Versaillais du Larzac
  => Affaire Dieudonné-Valls : antisémitisme télévisé ou xénophobie d’État, faut-il vraiment choisir ?
  => A propos de l'imposture "Champs du Monde"
  MOBILISATIONS
  Et alors ? le p'tit journal alternatif !
  Contactez nous !
  Plume(s), librairie alternative à Millau
  Radio Larzac, média alternatif
  CNT sud-Aveyron
  Anars en Aveyron :

Réseau d'initiatives et de luttes autonomes en sud-Aveyron.










Ne plus éduquer, mais apprendre à se connaître

Article paru dans "Et Alors ?" n°8


Ne plus éduquer, mais apprendre à se connaître

 


 Les problèmes dûs aux dysfonctionnements organisationnels des sociétés dans le monde entier se dévoilent de plus en plus à tous les niveaux sociaux, notamment au niveau de l'éducation, qu'elle soit scolaire ou familiale, en tout cas en lien avec l'environnement direct des individus.


Avant de vouloir éduquer l'autre et notamment les enfants, il serait bien d'avoir la sagesse de commencer par soi-même. Le monde change invariablement. Des enfants deviennent des ados, puis des adultes qui font des enfants qui deviennent des ados, puis des adultes, etc... cycle simple des générations. L'organisation de la société devrait suivre ces évolutions, ces mouvements.


Aujourd'hui, les problèmes de tout acabit surgissent de partout parce que l'organisation de la société ne correspond pas à l'évolution naturelle des individus. Et un des problèmes de l'éducation est que ceux et celles qui veulent éduquer sont aussi en défaut d'éducation.

Aujourd'hui l'élève n'est pas un ignorant, qui ne sait rien et qui a de l'espace cervelique pour apprendre n'importe quoi! Aujourd'hui, l'élève refuse d'apprendre ce qu'il n'a pas choisi d'apprendre et c'est une chance, un cadeau, pour nous faire comprendre que le changement doit se faire à tous les niveaux, au niveau de l'élève, qui le montre dans ses comportements et au niveau de l'instructeur-trice qui sont, malheureusement, trop souvent bloqué-e-s dans des normes de sécurité de l'emploi, de place, de tout ce qui en découle et aussi, bien souvent, d'orgueil et d'obéissance à l'ordre établi. Il semble d'ailleurs que beaucoup de personnes dans l'éducatif en France, notamment à l'éducation nationale, sont déprimées, malades, certainement en dichotomie permanente avec ce qui pourrait être donné de soi et le poids de la lourde, inextricable et obligatoire bureaucratie éducative.

J'ai regardé quelques bouquins de l'éducation nationale en France, de la maternelle à la terminale, de 1960 à aujourd'hui. Géographie, sciences, lettres, histoire et mathématiques. Il est évident que le contenu de ce qui était enseigné de 1960 à 1980, de l'école primaire au lycée, était plus copieux et riche que ce qui est enseigné aujourd'hui en 2009/2010 dans ces mêmes matières.

Pourquoi les programmes scolaires sont-ils si pauvres aujourd'hui? Les enfants sont-ils devenus bêtes? Est-ce volontaire de la part des instances qui s'octroient le droit de choisir les thèmes éducatifs? Ne serait-ce pas à l'enfant de dire ce qu'il a envie d'apprendre, ce qu'il a envie de comprendre ? Les adultes qui décident, gèrent, commandent, ne sont que des ex-enfants qui ont oublié leur côté intelligence naturelle, intelligence du cœur, connaissances issues du non connu! Nous devons toutes et tous apprendre, surtout celleux qui savent car celleux-là devront avant tout dé-savoir et travailler sur leur orgueil !

Éducation : Action de développer les facultés intellectuelles, morales et physiques, dictionnaire essentiel de la langue française Azed, un vieux dico, puis élevage et dressage (animaux) et connaissance des usages du monde. Dans le Larousse 1976, action de développer les facultés physiques, intellectuelles et morales. Et dans le Larousse 2001 action d'éduquer, de former, d'instruire quelqu'un, manière de comprendre, de dispenser, de mettre en œuvre cette formation. 

 Et que veut dire « éduquer » dans ce même dictionnaire, former l'esprit de quelqu'un, développer ses facultés intellectuelles, physiques, son sens moral. Apprendre à quelqu'un les usages de la société, les bonnes manières. Développer une faculté ou une fonction particulière (le goût, l'ouïe,...)


Dans l'Azed éduquer: faire l'éducation. Dans le Larousse 76 : former à l'éducation.

C'est la définition du dictionnaire Azed qui me paraît la plus juste. Éduquer, c'est faire l'éducation, c'est à dire agir de façon à développer les facultés intellectuelles, morales et physiques. Sans qu'il soit dit de qui, par qui et comment. Mais que veut dire le mot « morale » ? Nous pourrions le remplacer par « éthique », plus complet, contenant le collectif et l'individuel, donc pour moi plus juste. En 1976, les facultés intellectuelles déclinent en deuxième place pour mettre le physique en premier, donc le corps, malheureusement représenté dans cette société par le corps objet, vu de l'autre et non de soi-même. En 2001, l'éducation devient action de former l'esprit de quelqu'un ! Et apprendre les bonnes manières. Qui dit bonnes manières, dit mauvaises manières. Quelle est donc cette société qui a des mauvaises manières et qui ne s'en éduque pas ? Et pourquoi y-en-a-t-il ? Serait-ce aussi une mauvaise société ? Une société qui manipule et forme par ses dictionnaires!

Que veulent dire réellement les mots « éducation, éduquer » aujourd'hui ? Éduquer quoi ? Par qui ? Et qui est éduqué ou à être éduqué ? Et quel contenu dans cette éducation ?


Aujourd'hui ce sont les adultes qui doivent d'abord être éduqués et ils devraient s'éduquer eux-mêmes en tant qu'adultes, conscients, responsables, afin de pouvoir ensuite éduquer leurs rejetons qui eux ont les connaissances riches encore de possibilités mais entachées des conditionnements que l'organisation sociétale leur impose par le biais de leur environnement. Aujourd'hui les enfants n'ont pas de repères et les parents ont des repères qui ne sont pas les leurs! Les enfants ne sont pas dupes et ils souffrent que leurs parents leur proposent un monde de faux repères, de mensonges, sans avenir. Et à la question éduquer à quoi, ce serait éduquer à soi, à ses propres connaissances, à sa propre volonté, à son envie d'apprendre, à la relation.

 D'après un sondage récent, ce qui dérange le plus les enfants à la maternelle puis à l'école primaire, c'est de rester assis longtemps, au même endroit, sans avoir le droit de bouger. Et c'est normal ! Qu'un adulte reste assis plusieurs heures sans avoir le droit de bouger, et ceci pendant 4 ou 5 jours semaine, n'en souffrirait-il pas ? Ce qui est touché, c'est la privation de liberté, la privation de l'espace vital de mouvement, qui est différent pour chacun et chacune, et la non- reconnaissance de ces besoins vitaux de mouvements, ainsi que la non-éducation à la responsabilité individuelle qui en découle ! Tout est mouvement ! Comment oser imposer à des enfants dès leur plus jeune âge, la position figée ? Comment nous, ex-enfants, adultes, parents, pouvons-nous accepter que les gosses souffrent, juste parce que nous sommes dans une organisation qui ne nous convient pas, alors que l'organisation qui nous conviendrait, adultes et enfants, nous devons la construire ! Pourquoi continuons -nous à mettre les enfants dans des écoles d'endoctrinement à une société qui ne leur convient pas ? Parce que nous sommes dans un cercle infernal, parce que travail, parce que besoins et faux besoins, parce que argent, parce que temps libre, école=garderie. Tout a une explication rationnelle, parce que nous sommes en mouvement, liés voire ligotés à de nombreux éléments, notamment les conditionnements.

Alors, l'éducation, c'est commencer par s'éduquer soi-même, en toute connaissance de causes, en toute conscience, liberté et responsabilité. Un enfant apprend vite et le seul fait que des attitudes, des comportements, des façons de penser, de faire, changent chez ses parents et dans son entourage, il voit, il ressent, il sait, il comprend, il participe, en accord.

Dans le problème énorme de l'éducation nationale, je pense que le sens du mot national est faux. Le problème du national qui du haut atteint le bas est à éradiquer définitivement pour le remplacer par ce national qui est surface, qui est totalité. Je comprends les difficultés de langage que j'ai continuellement avec les gens qui sont dans les instances administratives. La définition et la compréhension que nous avons du territoire sont totalement différentes. Pour moi, le territoire est une étendue. Pour ces gens, le territoire est la gestion d'une virtualité nommée territoire. Et le national est la gestion vue d'en haut. Le sens que je donne au mot « national » est une ouverture pour une création à la base, en bas. Il me plairait que des structures dites éducatives, primaires et autres, décident par elles-mêmes, de changer leurs structures emprisonnantes et que profs, élèves, parents, adultes, enfants décident des thèmes éducatifs, dans le sens d'une continuité, d'une évolution, pour des apprentissages de la langue, des différentes matières, des formations, etc... et ainsi seraient révélées les vraies connaissances, celles que nous avons tous et toutes, celles que l'on peut échanger et qui de ce fait sont en continuelles évolutions.

Maya, association "ONYVA!" (www.onyva.new.fr)

Texte issu de l'émission « L'Autre Education » : http://radiolarzac.org/emissions/l-autre-education/




Commentaires sur cette page:
Commentaire de AnAr12, 02/05/2012, 22 10 04 (UTC):
L'école n'a jamais été vouée à "l'égalité entre les êtres". Il s'agit d'une imposture idéologique. Le fait qu'autant de gens y croient est aussi le reflet d'une perte totale de culture politique.

Commentaire de chris, 02/05/2012, 09 09 35 (UTC):
Tristesse ou inquiétude, pour les enfants, colère envers ces adultes orgueilleux et ignorants. Colère" parce que la preuve de la dangerosité de la bêtise humaine a déjà délivré son verdict implacable. Quel recours quand on n'a pas de fric, ni de soutien, et que l'on ne peut pas aussi facilement faire l'école à la maison, que les acteurs des articles gentillets sur l'éducation à l maison, où le papa et la maman affichent le sourire béat de leur bonheur familial. C'est beau à pleurer, c'est cool pour les enfants, mais le nombre de chanceux est tellement réduit que ça laisse rêveur sur les perspectives de vraiment faire concurrence de façon significative à ce qu est devenu , une institution vouée à l'égalité entre les êtres, et devenue au fil des intérêts politiques un asile de petits soldats promis çà l'esclavage ! tout le contraire due l'idée de base portée par la révolution de Louise Michel. On na peut être ce qu'on mérite, faute d'avoir suffisamment pris conscience de l'importance de soutenir nos petits.

Commentaire de J-L, 14/10/2011, 15 03 28 (UTC):
Ce texte remet clairement les pendules à l'heure pour les défenseurs de l'école qui s'imaginent qu'on souhaite livrer les enfants à eux-mêmes. Non, on veut juste vivre avec eux en tant qu'êtres émancipés.

Commentaire de Sirk, 21/12/2010, 22 10 46 (UTC):
C'est sur que le titre de l'émission est pas terrible ... Je trouve ce texte vraiment sympa, ce serait bien de le compiler avec d'autres textes sur le sujet et d'en faire une brochure "Brule ton lycée !"

Commentaire de AnAr12, 09/12/2010, 17 05 22 (UTC):
J'avais entendu l'émission sur la radio et l'avais trouvé excellente ! Surtout que le titre "l'autre éducation" laissait plutôt penser à un truc citoyenniste et réformiste ... Et à ma grande surprise j'entend proner sur radio larzac l'abolition de l'école en tant qu'institution. C'est vraiment bien !



Ajouter un commentaire à cette page:
Ton nom:
Ton message:

AGENDA
 
  Le douzième numéro de votre journal local préféré, " Et alors ? " est toujours disponible à Millau, à la librairie Plume(s), 16 rue St Martin ! ____________________________________ Justice et Vérité pour Nabil, victime de la BAC !

Mobilisations, informations, solidarité
____________________________________ Ecoutez l'émission punk/rock et libertaire " Zone Libre " sur Radio Larzac (87.8 à Millau).

Les MERCREDI E à 19H30
____________________________________ ;;;
 
Catastrophisme Administration du Désastre et Soumission Durable  
  Un livre sur la catastrophe écologique et sociale et sa gestion.
Ce livre prouve que l'abolition de la société marchande est une nécessité.

Co-écrit par René Riesel et Jaime Semprun

Disponible à la Librairie Alternative Plume(s) - 16 rue Saint Martin - 12100 Millau
 
Punks not dead !  
   
No Pasaran à Millau !  
 

No Pasaran, réseau hexagonal antifasciste, anticapitaliste et antiproductiviste, possède en Aveyron un groupe local, " No Pasaran 12 ".

Solidaires, Écologistes et Libertaires, est un réseau local 100% indépendant, toutefois des convergences nous lient de fait à des réseaux libertaires et anti fascistes nationaux tels que No Pasaran.

Contact No Pasaran Aveyron :
Mail : nopasaran12@hotmail.fr
Web : www.nopasaran12.new.fr


 
Attention !  
  Les commentaires à caractère racistes, diffamatoires, haineux, homophobes, insultants, menaçants ...etc seront supprimés !!!

Aujourd'hui, 2 visiteurs sont venus sur ce site.
 
Au total 174088 visiteurs sont déjà venus sur ce site depuis sa création.
Solidaires, Écologistes et Libertaires - Millau

Réseau d'initiatives et de luttes libertaires et autonomes en sud-Aveyron.